Définition de la hernie discale

La hernie discale est définie par l’extrusion du matériel gélatineux provenant de l’intérieur du disque à l’extérieur de celui-ci suite à une rupture des fibres de l’annulus (anneau fibreux au pourtour du disque).

Le disque intervertébral est la structure située entre deux vertèbres afin de relier les deux corps vertébraux adjacents. Il permet d’avoir une plus grande mobilité et supporte entre autres les charges de compression et de torsion. Il est constitué de fibres cartilagineuses concentriques entourant un noyau gélatineux aussi appelé le nucléus pulposus.

Face aux différentes forces de compressions ou de torsion, qu’elles soient graduelles, soudaines ou traumatiques, il se produit une dégénérescence de celui-ci. Des fissures apparaissent alors dans l’annulus ce qui permet au noyau de s’infiltrer graduellement dans l’anneau. On observe alors un bombement du disque qui peut ou non faire pression sur les nerfs à proximité. Lorsque les fissures atteignent les couches externe de l’anneau, le noyau fait alors saillie à l’extérieur du disque et c’est alors que nous parlons d’une hernie discale. Il est alors très probable que l’hernie fasse pression sur un ou plusieurs des nerfs avoisinants et que les douleurs irradient au membre.  Selon le niveau vertébral touché, la douleur va suivre différents territoires.

La hernie discale peut survenir à n’importe quel niveau vertébral mais on la retrouve plus fréquemment à la région lombaire ou à la région cervicale.  Les personnes les plus à risques sont dans la tranche d’âge de 25 à 55 ans, car par la suite  avec l’âge le noyau du disque devient plus fibreux/moins gélatinueux et est alors moins susceptible de se déplacer.

Signes et symptômes de la hernie discale

Certaines hernies discales peuvent être asymptômatiques, c’est à dire ne pas causer de douleurs ou de limitations. D’autres peuvent à l’inverse causer des douleurs vivent limitant grandement la mobilité et la capacité des gens.

Les symptômes les plus fréquents rapportés sont des douleurs vives et intenses irradiant dans la zone de distribution du nerf touché.  Les douleurs sont exacerbés par les postures ou positions amenant une compression du disque.  Les éternuements, la toux et le valsalva sont souvent douloureux puisqu’ils augment la pression sur le disque.

La hernie discale lombaire

Les niveaux vertébrales les plus souvent touchés à la région lombaire sont L4-L5 et L5-S1. Les douleurs alors perçues descendent à la fesse, le long de la cuisse et de la jambe en postérieur et à l’extérieur, souvent jusqu’au pied. On parle alors de sciatalgie.

Les douleurs sont habituellement augmentées en position assise, aux changements de position, lors des mouvements de flexion et de torsion et au soulèvement de charges. On observe souvent une difficulté à se relever.  Il peut y avoir des engourdissements, des picotements, une diminution ou perte de sensibilité dans les zones innérvées par les nerfs touchés.

La hernie discale cervicale

Losrque la hernie se situe à la colonne cervicale, les douleurs irradie alors vers l’épaule et le bras dans le territoire du nerf atteint. On parle alors de cervico-brachialgie.  La douleur peut s’accompagner d’engourdissement, de picotements, une diminution ou perte de sensibilité ainsi qu’une diminution de force dans les régions innervées par le nerf comprimé.

Dans le cas ou une hernie serait massive et située au centre du rachis, la moelle épinière pourrait alors être comprimée; il s’agit alors d’une urgence médicale.

Les douleurs sont habituellement augmentées par la position soutenue en flexion, tête penchée devant, les activités donnant des coups (comme la course ou les sauts), le transport de charges.

Les mouvements ou postures à risque de provoquer une hernie discale

Les mouvements combinés de flexion et torsion sont considérés comme les plus à risques. Le risque augmente si on ajoute un soulèvement de charge et d’autant plus si la charge est éloignée de notre corps.

Comment le physiothérapeute peut déterminer si vous souffrez d’une hernie discale?

Lors de l’évaluation en physiothérapie, le physiothérapeute fera l’examen complet de votre condition, incluant l’histoire de votre blessure, la description de vos symptômes (douleur, engourdissement, picotement, etc.), leurs localisations, leurs intensités, ce qui les augmentent ou les diminuent. Il effectuera ensuite l’examen physique incluant votre mobilité, votre bilan musculaire, l’examen neurologique (réflexes, sensibilité, force, etc), la palpation.  C’est grâce à l’analyse de l’ensemble de ces information que le physiothérapeute pourra déterminer la cause probable de vos symptômes.  Dans certains cas, une examen complémentaire pourra être demandé par le médecin traitant (TACO,IRM, SCAN) afin d’ajouter aux renseignements et confirmer si une hernie est présente.

Prévenir les hernies discales

Afin de prévenir les maux de dos voici quelques conseils de bases :

  • Adopter de bonnes postures de repos et de travail ainsi qu’une bonne ergonomie de votre lieu de travail
  • Éviter les surcharges (transport d’objets lourds)
  • Adopter une bonne technique de soulèvement de charges ( éviter les torsions, garder le dos droit, utiliser les jambes pour forcer, garder la charge près du corps)
  • Varier souvent vos positions
  • Demeurer actif afin de conserver une bonne mobilité et une bonne musculature en tout temps

Traitement de l’hernie discale

  • La médication afin de diminuer l’inflammation, contrôler la douleur et réduire les tensions musculaires peuvent être prescrit par votre médecin.
  • La physiothérapie est une modalité de choix car le physiothérapeute utilisera de la thérapie manuelle (mobilisations articulaires) afin de réduire la pression sur le disque et améliorer votre mobilité. Il utilisera des appareils pour aider à diminuer l’inflammation et contrôler la douleur, puis il vous enseignera des exercices visant à réduire la pression sur le disque et renforcer vos muscles pour soutenir  votre dos.
  • La chirurgie est habituellement utilisée lorsque les thérapie conventionnelle ne sont pas efficaces ou que la hernie compromet gravement la conduction nerveuse.

Articles connexes

Physiotherapie_Grossesse_Quebec-300x200

La physiothérapie pour les douleurs lombaires et au sciatique chez la femme enceinte

La physiothérapie femme enceinte parce que 80% des femmes enceintes souffriront de douleur lombaire ou au bassin avec ou sans irradiation dans la jambe (la douleur du […]

Lire la suite
chutes_sur_la_glace

Cinq conseils pour l’entraînement hivernal

Chaque hiver, redoutez-vous les maux de dos que le pelletage pourrait vous occasionner ? Si tel est le cas, voici des informations sur la douleur provoquée […]

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *