Un des principaux ennemis de l’incontinence urinaire est sans contredit la constipation. En effet, la pression exercée sur le périnée lors d’un effort de poussée est majeure. Si cet effort est récurrent, il s’ensuit un affaiblissement des muscles du plancher pelvien et peut même créer des atteintes musculaires et nerveuses. C’est pourquoi il est impératif d’adopter une gestion de la constipation dans les traitements de l’incontinence urinaire. 

Mais quand est-ce de la constipation ?                

Quand au moins 2 de ces symptômes sont présents, et ce, au moins 12 semaines par année [pas nécessairement consécutives] :

  • Vous devez forcer pour déféquer plus d’une fois sur 4 [>1/4]
  • Vos selles sont dures >1/4
  • Vous éprouvez une sensation incomplète d’évacuation >1/4
  • Vous éprouvez une sensation de blocage anorectal >1/4
  • Vous devez utiliser une technique manuelle pour faciliter la défécation >1/4
  • Vous faites moins de 3 selles par semaine

Que faire pour diminuer la constipation ?

  • Adopter un positionnement optimal sur la toilette

Afin de favoriser la sortie des selles, il est préférable d’avoir les genoux plus hauts que les hanches et les pieds en appui plus larges que les hanches. L’utilisation d’un petit banc [ex : Squatty potty] est donc à privilégier.   Le tronc devrait également être légèrement penché vers l’avant.

  • Souffler dans le poing lors de la défécation

Lorsque vous poussez pour déféquer, soufflez dans votre poing fermé devant votre bouche. Ceci recrutera vos muscles abdominaux profonds et dirigera la force vers votre anus plutôt que vers le périnée, ce qui facilitera la sortie des selles.

  • Massage de l’abdomen « I Love You »

Environ 20 minutes après un repas substantiel, massez votre abdomen en suivant le trajet des intestins tel que démontré sur l’image ci-contre.

  • Bouger

Afin d’améliorer le péristaltisme de l’intestin, prenez une marche idéalement 20 minutes après le repas.

  • Augmenter l’apport en fibres

Il est recommandé de consommer 25 à 50 g/jour de fibres. Parmi les aliments riches en             fibres, notons les pruneaux, les kiwis, les fruits séchés, la farine de blé et les légumineuses.

  • Augmenter l’apport quotidien en liquide

                Il est recommandé de boire de petites quantités d’eau fréquemment afin d’atteindre un        apport quotidien en liquide correspondant à 2 ou 3 % de votre poids en kg.

  • Parlez-en à votre médecin ou pharmacien, il pourra vous informer des produits disponibles sur le marché et appropriés à votre condition.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à communiquer avec votre physiothérapeute formée en rééducation périnéale et pelvienne.

Evelyne Caron, physiothérapeute

Axo Physio Montagne-des-Roches

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!