Le syndrome de la bandelette est une blessure de surutilisation très commune, notamment chez les coureurs et les cyclistes. Cette pathologie serait plus fréquente chez les femmes, en raison de leur anatomie et morphologie au niveau des hanches.

ANATOMIE :

La bandelette ilio-tibiale (BIT) est une épaisse et solide couche de tissus conjonctifs (fascia) qui correspond au prolongement de la portion tendineuse du muscle tenseur du fascia lata (TFL). Elle débute au niveau du grand trochanter du fémur et passe en superficie du condyle fémoral pour aller s’insérer sur le condyle latéral du tibia. Quelques-unes de ses fibres s’étendraient aussi au niveau de la rotule. La bandelette sert d’attache aux muscles grand et moyen fessiers et participe à la stabilisation de la hanche en maintenant la tête du fémur dans la cavité acétabulaire. Elle assiste aussi le TFL lors de l’abduction de la hanche, dans le contrôle et la décélération de la hanche ainsi que dans la stabilisation du genou. La friction est maximale entre le condyle fémoral et la BIT à un angle d’environ 30 degrés de flexion du genou.

PATHOLOGIE :

Causes

Le syndrome de bandelette est causé par une inflammation secondaire à la friction répétée de la BIT sur le condyle fémoral latéral lors des mouvements de flexion-extension du genou.

Plusieurs facteurs de risque peuvent créer cette inflammation :

– Port de chaussures non adaptées (trop usées, etc.)
– Courir en pente descendante
– Courir toujours dans la même direction
– Volume de course/vélo/sport trop élevé
– Faiblesse des abducteurs de la hanche (fessiers)
– Foulée trop longue
– Mauvais ajustement du vélo (pédales, selle, etc.)

Symptômes

Les personnes atteintes de ce syndrome vont typiquement présenter les signes et symptômes suivants :

– Douleur à la face latérale du genou, au côté de la cuisse ou à la hanche
– Enflure à la face latérale du genou
– Faiblesse des muscles fessiers
– Douleur d’apparition rapide lors du sport et qui diminue généralement au repos
– En phase aiguë, la douleur peut être présente au repos
– Mauvaise biomécanique (pronation du pied, manque de flexibilité de la chaîne postérieure et des quadriceps, genu varum, etc.)
– Mauvaise biomécanique de course à pied

PRISE EN CHARGE

Une prise en charge rapide par un physiothérapeute permet d’identifier les causes de l’irritation et vise à diminuer les symptômes et recouvrer la fonction.
Le traitement en phase aiguë, qui vise à réduire l’inflammation, consiste à l’application de glace et à la diminution, voire l’arrêt du sport pour une courte période. Le relâchement musculaire par des techniques de tissus mous ou les frictions transverses sont aussi utilisées. Dans les phases plus avancées, la chaleur peut permettre un relâchement de la tension musculaire. Plusieurs autres modalités de traitement peuvent être utilisées, dont le massage, les exercices d’étirement, les modifications de la biomécanique (pied pronateur, genu varum, etc.), les exercices de renforcement des fessiers, l’évaluation de la course à pied ou du vélo, l’électrothérapie, l’ultrason, le taping, etc.

Conseils lors de l’apparition des douleurs :

– Évitez les stress pouvant créer une friction de la BIT au niveau du genou
– Évitez de courir toujours dans le même sens
– Évitez la course en descente
– Faire un échauffement adéquat avant l’entraînement
– Favorisez un rythme de course rapide (augmenter la cadence de pas)
– Port de chaussures adéquates (consulter un professionnel au besoin)
– Favorisez le « cross-training » pour un certain temps (Ex. : natation, yoga, etc.)
– Reprendre graduellement le sport (programme de course fractionnée, etc.)

Par Catherine Lévesque, physiothérapeute, Axo Physio Mailloux

Articles connexes

Entorses_stades_Readaptation_Quebec

Comment éviter les blessures reliées à l’arrivée du printemps?

Lire la suite
Cyclisme_Blessures_Prevention_Quebec

Cyclisme: Comment éviter et/ou prévenir les blessures?

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!