Le métabolisme de base

Le métabolisme de base (MB) correspond à la quantité minimale d’énergie nécessaire pour assurer l’essentiel des fonctions vitales de l’organisme. Il pourrait être comparé à la quantité d’électricité nécessaire en tout temps pour maintenir la température de la maison. Le métabolisme de base représente environ 70 à 75 % de la dépense d’énergie d’une journée.

Le métabolisme de base dépend de différents facteurs, mais il est en relation directe avec la masse maigre. La masse maigre comprend entre autres, les muscles. Plus la masse maigre est importante, plus le nombre de calories dépensées quotidiennement est élevé. Le MB diminue également avec l’âge. Il diminue d’environ 2 à 3 % par décennie en raison de la sarcopénie (perte de masse musculaire).

Sachant ces données, on pourrait croire que l’entraînement de type musculaire pourrait amener une augmentation du métabolisme de base. Malheureusement, la masse musculaire ne constitue pas le seul facteur et l’augmenter ne signifie pas nécessairement que le MB s’accroitra également. On sait que même au repos, le muscle « brûle » trois fois plus d’énergie que le tissu adipeux (gras).

Annabelle Dumais et Guy Thibault expliquent bien comment cela influence le métabolisme lors d’un processus de perte de poids : Lorsque l’augmentation de la masse musculaire dépasse le volume de tissu adipeux perdu pendant l’amaigrissement, il y a davantage de tissus à métaboliser, ce qui cause une augmentation du métabolisme de base1.

1. Dumais, A. et Thibault, G. (s.d). Musculation et augmentation du métabolisme de repos : mythe ou réalité ? [PDF]. Repéré à http://www.kino-quebec.qc.ca/Fiches/Fiche180.pdf

Toutefois, ce n’est pas chez tous les individus qu’une perte de masse musculaire se traduit par une augmentation du métabolisme de base. Des facteurs hormonaux sont en partie responsables de la variation dans la réponse à l’entraînement. Les hormones sexuelles, l’hormone de croissance et l’insuline par exemple, constituent des molécules qui peuvent impacter à la hausse ou à la baisse, la prise de muscle.

Il semble également que lorsque la baisse du métabolisme de base est due au vieillissement, une augmentation de celui-ci est possible grâce à la musculation. Une étude réalisée chez de jeunes hommes n’a pas démontré d’augmentation significative du MB après 3 mois d’entraînement alors que chez des hommes entre 50 et 65 ans, celui-ci a augmenté de 8 % suite à 4 mois de musculation.

Bien que l’impact de l’entraînement de type musculaire sur le métabolisme de base soit variable et même pour ainsi dire nul pour certaines personnes, il n’en demeure pas moins sans intérêt. En effet, la dépense énergétique découlant de cette activité de même que les différentes adaptations métaboliques qui en résultent contribuent à une saine gestion du poids. C’est sans oublier que la musculation permet le maintien d’une bonne masse musculaire en vieillissant permettant le maintien d’une force et d’une endurance adéquate pour réaliser ses différentes activités.

Caterine Plamondon, B. Sc kinésiologue, DESS Axo Physio St-Émile

Références :

  • Dumais, A. et Thibault, G. (s.d). Musculation et augmentation du métabolisme de repos : mythe ou réalité ? [PDF]. Repéré à http://www.kino-quebec.qc.ca/Fiches/Fiche180.pdf
  • Wilm, J.H. et Costill, D.L. Physiologie du sport et de l’exercice. (2006) De Boeck.

Articles connexes

exercices-stabilisation-lombaire-300x200

5 exercices de stabilisation lombaire à faire à la maison

Dans plusieurs cas de lombalgie, on observe une diminution de la stabilité dynamique du bas du dos, c’est-à-dire que les muscles abdominaux ne sont pas […]

Lire la suite
se-remettre-en-forme

6 conseils pour se remettre en forme !

L’activité physique apporte son lot de bienfaits. Voici quelques conseils pour vous remettre en forme et en mouvement afin d’obtenir les résultats escomptés ! 1. Fixez-vous […]

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laisser un commentaire à propos de cet article. Votre opinion est importante pour nous !