Tous éprouvent à un moment ou un autre de l’anxiété ou du stress. Bien qu’en général cette situation soit temporaire et occasionnelle, on estime qu’il y aurait jusqu’à 1 adulte sur 4 qui vivrait un trouble anxieux à un moment dans sa vie et pour qui cette situation perdurerait plus longtemps[1]. Pour bien comprendre comment l’activité physique (AP) peut contribuer à la gestion du stress et de l’anxiété, il faut d’abord définir ces deux termes ainsi que leurs effets sur le corps.

Stress et anxiété

On parle de stress lorsque l’on perçoit une incohérence entre la demande et les ressources nécessaires pour y répondre. Cela se rapporte donc au moment présent. L’anxiété est plutôt orientée vers le futur, c’est la crainte de ce qui pourrait ou pas arriver. Dans les deux cas, le corps réagit en se plaçant en mode réaction : il amène entre autres une augmentation de la fréquence cardiaque, modifie la respiration et la dilatation des vaisseaux sanguins.

Tout en étant efficace sur le court terme, une réponse prolongée à un état de stress et d’anxiété amène des risques non négligeables pour la santé : augmentation de la tension artérielle et du risque de maladie cardiovasculaire, augmentation des niveaux de lipides sanguins (cholestérol) et affaiblissement de la réponse du système immunitaire à certains virus et autres pathogènes[2].

Impact de l’activité physique

En soi, l’AP constitue également une forme de stress. En effet, on note les mêmes effets physiologiques mentionnés ci-haut lors d’un exercice. Cependant, le stress est de nature physique, et par le fait même, de courte durée. Il est donc intéressant de voir comment un stress physique peut venir aider à gérer le stress et l’anxiété qui sont de nature plus psychologique. Le mécanisme précis par lequel l’AP permet de les diminuer n’est pas encore tout à fait clair, mais voici des hypothèses actuellement étudiées[3],[4] :

  • Elle amène une augmentation de la sécrétion d’endorphines, molécules qui aident l’humeur et qui sont des antidouleurs naturels secrétés par le corps ;
  • Elle contribuerait également à la régulation de différents neurotransmetteurs ayant un effet anxiolytique ;
  • Elle aurait également un effet stimulant sur plusieurs processus importants pour le fonctionnement du cerveau. En ciblant les régions en rapport avec l’anxiété et le stress, l’AP pourrait diminuer les symptômes.

Certains mécanismes psychologiques seraient également impliqués. En amenant un individu à associer les symptômes liés au stress et à l’anxiété (telle que l’augmentation de la fréquence cardiaque) à une expérience positive et non menaçante telle que l’activité physique, il est possible d’améliorer la tolérance et la gestion de ceux-ci.

Comment?[5],[6]

Il n’existe pas à l’heure actuelle de consensus concernant la durée, l’intensité ou encore la fréquence de l’activité à pratiquer pour en maximiser les effets. Il semble cependant que l’AP de type aérobie (marche, vélo, jogging, etc.) et musculaire soit efficace. Il est cependant bien démontré que l’AP contribue à diminuer la détresse liée aux symptômes et que les gens actifs ressentent ceux-ci moins fréquemment et moins sévèrement. L’AP aurait ainsi un effet protecteur.

En plus de ces bénéfices, n’oublions pas que l’exercice a un impact positif sur la tension artérielle et les niveaux de cholestérol, deux facteurs de risques de la maladie cardiovasculaire touchés par le stress et l’anxiété.

N’hésitez pas à faire appel à un kinésiologue pour vous soutenir dans l’intégration de l’activité physique dans votre quotidien pour vous aider à gérer votre stress ou anxiété.

Caterine Plamondon, B. Sc kinésiologue, DESS Axo Physio St-Émile


Références :

[1] Les troubles anxieux Guide d’information Neil A. Rector, Ph.D. Danielle Bourdeau, M.D. Kate Kitchen, MSS Linda Joseph-Massiah, IA, Ph.D. Judith M. Laposa, Ph.D. Un Centre collaborateur de l’Organisation panaméricaine de la Santé et de l’Organisation mondiale de la Santé.

[2] ACSM’s Ressource Manual for Exercise Testing and Prescription, 6th edition, p. 247-251.

[3] Exercising to relax: How does exercise reduce stress? Surprising answers to this question and more. https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/exercising-to-relax, page consultée le 20 août 2020.

[4] Kandola, Aaron et al. “Moving to Beat Anxiety: Epidemiology and Therapeutic Issues with Physical Activity for Anxiety. Current psychiatry reports vol. 20,8 63. 24 Jul. 2018.

[5] Idem

[6] ACSM’s Ressource Manual for Exercise Testing and Prescription, 6th edition, p. 247-251.

Articles connexes

faux_departs

Commencer à courir : éviter les faux départs !

La course à pied est un excellent sport pour les amateurs de plein air et de simplicité. On enfile ses chaussures, et on part à […]

Lire la suite
bouger_contre_stress

STRESSÉS ? BOUGEZ !

Travail, école, famille, argent… vous vous sentez stressés ? Un certain stress, au quotidien, est normal et permet même de s’adapter à différentes situations, de fournir […]

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laisser un commentaire à propos de cet article. Votre opinion est importante pour nous !