Petits trucs pour la gestion des douleurs prémenstruelles

Les menstruations douloureuses, aussi appelées dysménorrhées, peuvent s’avérer être un vrai cauchemar pour de nombreuses femmes. Les douleurs se font souvent sentir comme des crampes au bas du ventre, parfois comme des tiraillements au bas du dos et peuvent aussi s’accompagner de maux de tête, de fatigue, de nausée, de diarrhées, etc. Bien qu’il existe une panoplie de médicaments en vente libre pour la gestion des douleurs en lien avec les menstruations, certaines femmes préfèrent s’en tenir à des méthodes plus naturelles.

L’utérus est un organe à paroi épaisse et principalement musculaire, le myomètre. Lors des règles, sa paroi interne, l’endomètre, va produire des prostaglandines de manière accrue. Ces molécules vont déclencher de fortes contractions locales, mais vont également avoir un effet sur d’autres structures, d’où les autres symptômes possibles. Au quotidien, le myomètre se contracte et se décontracte sans symptôme. Cela devient problématique lorsque les contractions sont très fortes ou que le muscle utérin reste longtemps contracté.

Voici quelques trucs pour aider à diminuer les douleurs

L’activité physique

Bien que l’envie de bouger soit souvent à son minimum lors des dysménorrhées, il est très efficace de faire une activité physique d’intensité faible à modérée. En effet, l’activité physique favorise, entre autres, la production d’oxyde nitrique et d’endorphines. L’oxyde nitrique aide à la dilatation des vaisseaux périphériques et donc à la vascularisation du myomètre, tandis que les endorphines ont un effet antalgique et élèvent le seuil de perception de la douleur. De plus, l’activité physique augmente la respiration, ce qui crée un effet de pompage sur l’abdomen et la région pelvienne et qui donc peut aider au relâchement des tissus.

Le magnésium

Ce minéral est essentiel au bon fonctionnement de tous les systèmes du corps et il joue un rôle majeur dans la relaxation musculaire. Augmenter votre apport en magnésium pourrait vous aider à diminuer l’intensité des douleurs reliées aux menstruations. Voici quelques aliments qui en contiennent relativement beaucoup : les fruits de mer, le cacao, les amandes, les céréales complètes, les noix du Brésil, les légumineuses, les graines, les noix, le chou, l’oignon, la luzerne, le germe de blé et d’orge, les légumes verts feuillus et la levure de bière. Si vous avez de la difficulté à augmenter vos apports en magnésium par l’alimentation, vous pourriez également discuter avec votre pharmacien afin de savoir si une supplémentation serait adéquate pour vous.

S’ancrer dans le présent

Cette technique qui s’apparente à la méditation s’avère très efficace pour les douleurs en lien avec les règles, mais également pour une panoplie de douleurs et d’inconforts (très efficace avec le mal des transports). La méthode d’ancrage peut s’effectuer n’importe où, dans n’importe quelle situation et pendant aussi longtemps que vous désirez, ce qui la rend très pratique. Il se peut cependant que vous ayez besoin de pratique avant de l’utiliser dans n’importe quelles circonstances.

Voici ce qu’il faut faire lorsque vous commencez :

Soyez à l’affût de vos symptômes pour essayer dès que vous ressentez des désagréments et prévoyez au moins 3 minutes de votre temps. Il peut être plus facile de commencer en étant couché en position allongée ou avec les genoux fléchis.

– Mettez toute votre attention dans la région du corps où se trouvent vos inconforts et essayez d’accepter ces inconforts.
– En gardant cette attention, inspirez et expirez lentement sans forcer, tout en vous relaxant le plus possible.
– Gardez votre attention sur votre corps, si des pensées surgissent, laissez-les passer et revenez dans le moment présent pour donner toute votre attention sur votre corps.
– Il est important de faire cette technique dans l’optique d’accepter la douleur ou l’inconfort pour la faire « relâcher », plutôt que d’essayer de s’en débarrasser.

L’ostéopathie

Cette approche vise à traiter le corps globalement dans le but de corriger les dysfonctions pouvant être à l’origine de douleurs chroniques, aigües ou encore de dérèglements physiologiques. Dans ce cas-ci, l’ostéopathe peut, par exemple, s’assurer de la liberté de mouvement de l’utérus par rapport aux structures avoisinantes.

Quand consulter votre médecin

N’hésitez pas à consulter votre médecin si les douleurs sont très fortes et vous empêchent de fonctionner normalement, si vos règles sont anormalement abondantes, si vous avez des saignements entre vos menstruations, si vos symptômes sont accompagnés de fièvre ou encore si vos symptômes perdurent après vos règles.

Marie-Hélène Faguy, étudiante en ostéopathie
Axo Physio Ancienne-Lorette

Articles connexes

Relaxation_Bienfaits_Physio_quebec-300x200

La relaxation contre la douleur

Lire la suite
shutterstock_154338941-300x200

J’ai des maux de tête à répétition. Que faire ?

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!