DÉFINITION DE LA NEUROPSYCHOLOGIE

  • Science étudiant la relation entre le cerveau et le comportement humain qui s’intéresse à la fois au fonctionnement normal et anormal du cerveau.
  • Étudie comment les troubles neurologiques (développementaux, acquis, dégénératifs) affectent la cognition, le comportement, la personnalité et les émotions d’une personne.
  • En tant que discipline clinique, elle vise à appliquer les connaissances cliniques et scientifiques de la psychologie et des neurosciences dans le but de venir en aide aux personnes via une évaluation, un suivi ou une réadaptation.

Source: AQNP

L’ÉVALUATION PEUT SERVIR À

  • Déterminer la cause des troubles cognitifs, affectifs et comportementaux, tout en précisant le diagnostic.
  • Établir un profil cognitif détaillé des forces et des faiblesses du client.
  • Obtenir des opinions cliniques particulières telle que la capacité à prendre des décisions éclairées concernant la gestion de ses biens et/ou de sa personne et/ou le consentement à un soin, la capacité de retour au travail ou aux études et les capacités d’apprentissage.
  • Établir un plan d’intervention ou de réadaptation.
  • Formuler des recommandations spécifiques à un client afin de fournir des stratégies pour mieux composer avec les difficultés observées, en fonction des forces résiduelles.

Source: AQNP

LES TROUBLES ÉVALUÉS EN NEUROPSYCHOLOGIE

Trouble neurologique développemental

Ex. : TDAH, spectre autistique, syndrome de dysfonctions non-verbales.

Trouble neurologique acquis

Ex.: Accident vasculaire cérébral /Épilepsie /Sclérose en plaques Tumeur cérébrale/ Traumatisme cranio-cérébral (incluant commotion cérébrale ou TCC léger).

Trouble neurologique dégénératif

Ex.: Maladie d’Alzheimer, Démence vasculaire, Démence mixte, Démence à corps de Lewy, Démence fronto-temporale, Dégénérescence corticobasale, Paralysie supranucléaire progressive, Atrophie corticale postérieure, Maladie de Parkinson, Maladie pulmonaire obstructive chronique.

RÔLE DE LA NEUROPSYCHOLOGIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES COMMOTIONS CÉRÉBRALES

  • La nature cognitive des troubles qui y sont associés et leur importance expliquent bien pourquoi l’expertise du neuropsychologue est reconnue et incontournable. Comme des déficits de l’attention, de la mémoire et des fonctions exécutives peuvent être associés à un tel traumatisme, le suivi neuropsychologique permet d’évaluer les déficits et de documenter la récupération.
  • Les neuropsychologues jouent un rôle déterminant dans l’évaluation et la gestion des commotions cérébrales. À la suite d’une commotion, le neuropsychologue évaluera l’intégrité des fonctions mentales.
  • Dans certains cas, une évaluation spécialisée permettra aussi d’encadrer le retour à l’apprentissage et d’obtenir le soutien scolaire nécessaire, de guider le retour au travail et de planifier un programme de remédiation cognitive en neuropsychologie.

Auteur :  Dave Ellemberg, Ph.D. Tenir Tête à la commotion

But des suivis en neuropsychologie:

  • Interventions favorisant l’amélioration et la réadaptation des fonctions cognitives telles que les capacités d’attention et de mémoire (Ex.: Programme d’intervention Mémo pour les aînés, Programme de Safren pour la maîtrise du TDAH chez l’adulte, stratégies compensatoires/remédiation cognitive, utilisation des outils technologiques).
  • Gestion de l’énergie, du sommeil, autorégulation des émotions et des comportements (Ex.: anxiété, dépression, conflits relationnels, désinhibition, deuil des capacités antérieures, attentes de performance, etc.).
  • Psychoéducation, restructuration cognitive, relaxation musculaire progressive de Jacobson, exercices respiratoires, résolution de problèmes, identification des forces afin de compenser les faiblesses, méditation, visualisation, etc.