Prendre un rendez-vous
Où avez-vous mal?
En savoir plus

Maux de dos, douleurs dorsales

Description

On parle en général de douleur au dos ou dorsale lorsque celle-ci se situe à la partie haute du dos, incluant la zone des omoplates ainsi que la région costale. Par ailleurs, la lombalgie fait référence à la douleur ressentie au bas du dos (région lombaire).
Les vertèbres dorsales sont au nombre de douze et s’articulent avec les côtes en postérieur et forment avec le sternum en antérieur la cage thoracique. Chaque vertèbre est séparée par un disque vertébral, le tout étant soutenu par des ligaments et des muscles permettant d’avoir à la fois de la mobilité et de la stabilité. À chaque niveau vertébral sortent des racines nerveuses qui se divisent et se dirigent vers nos muscles, nos organes, notre peau, nos vaisseaux selon un territoire bien précis.
Les douleurs au dos sont très fréquentes et constituent une des principales raisons de consultation en physiothérapie. La dorsalgie peut donc toucher toutes les catégories d’âge, autant présente chez la femme que chez l’homme. La douleur dorsale est plus souvent liée à la condition physique de la personne, ses habitudes de vie. Une personne active, ayant un poids santé, avec une bonne flexibilité et un bon tonus musculaire sera moins à risque de développer des douleurs au dos.

Causes

Les causes des douleurs dorsales sont multiples. Les douleurs au dos sont souvent d’apparition graduelle secondaire à de mauvaises postures et augmentant en fréquence avec le vieillissement et l’apparition d’arthrose. Un mouvement répétitif (comme le soulèvement de charges) ou un mouvement inadéquat des vertèbres suite à une torsion, un traumatisme peut aussi être la cause de douleurs à ce niveau. Le tabagisme, la sédentarité et l’obésité augmentent les facteurs de risque. Cette région peut aussi être sujette à un traumatisme, une chute ou des maladies dégénératives (arthrose) ou inflammatoires (arthrite, spondylarthrite ankylosante). Selon la nature de l’événement déclencheur la structure atteinte peut être musculaire, articulaire, ligamentaire, neurologique, discale ou une combinaison de quelques structures. La description d’un point dorsal interscapulaire est un symptôme fréquent secondaire à une tension excessive des muscles locaux, souvent compensatoire et augmenté en situation de stress. Notons que cette région est parfois touchée par des fractures spontanées chez des gens ostéoporotiques.

Les signes et symptômes de dorsalgie :

La douleur ressentie lors d’une atteinte dorsale peut être variable en intensité allant de légère à intense et présente de façon occasionnelle ou continuelle. Celle-ci peut être perçue d’un seul côté ou bilatéralement, sous forme de point, d’élancement, de raideur, etc. La douleur peut aussi irradier vers la colonne cervicale ou lombaire. Bref la description des symptômes sera influencée par la gravité de la lésion, la structure atteinte, la phase de guérison (aigüe vs chronique).

Le traitement en physiothérapie :

Votre physiothérapeute fera un examen de votre condition pour identifier la nature du problème et établir le plan de traitement optimal en fonction de votre problème.

Le physiothérapeute au besoin utilisera des mobilisations et des exercices visant à rétablir une bonne mobilité de votre dos, des modalités antalgiques serviront si nécessaire à diminuer la douleur et l’inflammation (courant antalgique, stimulateur, US, cryo, etc.), des exercices de renforcement et de contrôle afin de retrouver une mécanique adéquate et un contrôle musculaire pour éviter les récidives. Des conseils posturaux vous seront aussi enseignés. En complément aux soins de physiothérapie, des médicaments peuvent aider à contrôler la douleur et l’inflammation. Votre physiothérapeute vous référera alors à votre médecin pour qu’il puisse vous prescrire la médication appropriée.

Prévention des dorsalgies

Afin de prévenir l’apparition de douleur à la région dorsale voici quelques conseils :
• Adopter de bonnes postures.
• Éviter les situations de stress.
• Augmenter de façon progressive votre niveau d’activité en répartissant les tâches demandant plus d’effort sur plusieurs heures, ou plusieurs jours.
• Assurez-vous que votre poste de travail est bien ajusté et ergonomique.
• Éviter les postures statiques soutenues en variant fréquemment vos positions ou en vous accordant des micropauses.

Voici les principales dysfonctions ou pathologie de la région dorsale rencontrées en physiothérapie :

Dérangement discal ou hernie discale dorsale :

Le disque intervertébral est un anneau fibreux entourant un noyau gélatineux situé entre chacune des vertèbres. Lorsque lésé il se produit des fissures à son pourtour, laissant alors le noyau central migrer vers la périphérie. Si l’anneau externe n’est pas sectionné, on parle alors d’un dérangement discal; cependant si les fibres de l’anneau sont déchirées et laissent sortir une partie du noyau, il s’agit alors d’une hernie discale. Selon la grosseur du bombement ou de l’extrusion il peut y avoir compression d’un nerf et causer des signes neurologiques.

Le traitement du dérangement ou de la hernie discale est dans un premier temps conventionnel, en physiothérapie. Le physiothérapeute utilisera des mobilisations visant à réduire le bombement, diminuer la pression locale, favoriser la guérison des tissus et renforcir la musculature adjacente. Dans certains cas une chirurgie sera nécessaire lorsque la conduction nerveuse est compromise.

Sténose spinale ou latérale :

Une sténose est un rétrécissement de l’espace normal habituel. Dans le cas de la sténose spinale on parle donc d’un rétrécissement du canal rachidien. Ce rétrécissement fait alors compression de la moelle épinière et est une atteinte importante nécessitant une consultation médicale, parfois chirurgicale. La sténose latérale est une diminution de l’espace latéral par lequel passent les racines nerveuses; cette diminution d’espace eut être attribuable à des ostéophytes, de l’arthrose, une diminution de l’espace intervertébral secondaire à une dégénérescence discale ou un listhésis. Les racines nerveuses dorsales suivent les côtes correspondantes et on peut parfois observer une atrophie des muscles intercostaux secondaires à cette atteinte.
Dysfonction au niveau des vertèbres dorsales
Que ce soit suite à un faux mouvement, un traumatisme ou de mauvaises habitudes répétées, une perte de mobilité raideur articulaire peut être source de douleur dorsale. Inversement une hypermobilité, trop de mouvement à une articulation, pourrait aussi être symptomatique. Les hypomobilités seront traitées par des mobilisations et des exercices de mobilité alors que les hypermobilités seront améliorées grâce à des exercices de stabilisation.

Problème ou syndrome postural

Lorsque vous adoptez une mauvaise posture sur une période prolongée ou de façon répétitive, vous créez un stress excessif sur certaines structures et la souplesse et la force musculaire est alors compromise. À la longue, la douleur se fait ressentir car les ligaments ou les muscles sont continuellement en tensions. Nos physiothérapeutes pourront identifier vos déficits posturaux et vous aider à corriger votre posture et vous donner les exercices appropriés.

Arthrose dorsale :

L’arthrose est l’usure ou dégénérescence des surfaces articulaires et des disques intervertébraux. Avec l’âge, nos disques deviennent moins bien hydratés et cette diminution en eau favorise l’affaissement du disque. Les surfaces articulaires (facettes) sont aussi soumises aux stress de compression et à cette usure graduelle. À la longue, l’amincissement du cartilage est compensé par la formation d’ostéophytes ce qui réduit l’espace pour la racine nerveuse. Une bonne mobilité, une bonne posture et un bon tonus musculaire sont de bons atouts pour prévenir l’apparition précoce de l’arthrose.

Spasme musculaire dorsal :

La région dorsale est souvent la zone de tension musculaire ou spasme. Cette tension est perçue sous forme de point douloureux et peut être secondaire à une stimulation excessive du nerf innervant le muscle en tension ou d’une tension secondaire à une réaction de protection ou de compensation. Une rééducation musculaire est alors nécessaire. Diverses techniques de relaxation peuvent être utilisées telles que des frictions, étirements, glace ou chaleur, aiguilles en physiothérapie, neurocryostimulation, etc.

Votre douleur dorsale sera prise en charge par votre physiothérapeute qui évaluera la source de vos symptômes et identifiera le traitement optimal pour votre condition.

Inscrivez-vous à notre infolettre

* indique requis

Postulez en ligne

Open