Saviez-vous qu’il est important de se remettre en mouvement le plus rapidement possible suite à un AVC?

L’accident vasculaire cérébral est similaire à une crise cardiaque, mais l’incident se produit au niveau du cerveau. Tout comme l’angine de poitrine, il est possible que notre corps nous émette un signal d’alarme avant d’avoir un AVC. Celui-ci s’appelle l’AVC ischémique transitoire. Cet avertissement vous indique un risque élevé de faire un AVC. Il est causé par un caillot. Toutefois, l’obstruction est transitoire, c’est-à-dire temporaire. Il ne provoque pas de lésions permanentes au cerveau. Les symptômes arrivent rapidement, mais durent généralement moins de 5 minutes. Il existe ensuite 2 formes d’AVC. En premier lieu, il y a l’AVC ischémique qui regroupe 87% des cas d’AVC. C’est une obstruction d’un vaisseau sanguin due au développement de dépôts graisseux dans les parois vasculaires (athérosclérose). La deuxième forme est l’AVC hémorragique qui se produit lorsqu’un vaisseau affaibli se rompt et saigne dans le cerveau, souvent appelé anévrisme.

Il est important de bien connaître les signes et symptômes afin de signaler un AVC.

L’acronyme suivant est utilisé pour aider les gens à réagir le plus rapidement possible.

F : (Face) Déformation de la bouche ou engourdissement du visage ou visage tombant

A : (Arm/Bras) Faiblesse d’un côté du corps ou engourdissement, difficulté soudaine à marcher

S : (Speech/Langage) Difficulté à parler, confusion soudaine, difficulté à comprendre, difficulté à voir d’un œil ou des deux yeux, étourdissements, perte d’équilibre ou de coordination, maux de tête intenses et soudains

T : (Temps) Appeler immédiatement les services d’urgence

Conseils post-AVC

Suite à un événement d’AVC, l’immobilité est votre pire ennemi. Il a été démontré que le temps passé au lit dans la première phase a été fortement associée à un mauvais pronostic de récupération trois mois suivant l’événement. De plus, le risque de complications liées à l’immobilité est élevé. La majorité des survivants d’un AVC ont des séquelles telles que l’hémiparésie, la spasticité, le dysfonctionnement cognitif et l’aphasie. La capacité cardiorespiratoire est très affectée, ce qui empêche les gens de poursuivre leurs activités de vie quotidienne. Suite à un AVC, il apparait souvent une atrophie musculaire sévère, une augmentation des chutes, une augmentation de la graisse intramusculaire, une anormalité du métabolisme d’insuline et un dysfonctionnement respiratoire. Tout ceci contribue donc à développer d’autres problèmes comme le diabète de type 2, l’obésité, le stress, les maladies cardiovasculaires, etc.

Que peut faire la kinésiologue suite à un AVC?

Le kinésiologue peut vous aider à récupérer suite à un AVC. Le tout se fait graduellement selon les capacités de la personne. La première étape de la réhabilitation post-AVC est de prévenir le déconditionnement, stimuler l’équilibre et la coordination et diminuer le risque de dépression.

La réhabilitation physique se décompose en 4 volets : aérobie, musculaire, flexibilité et neuromusculaire.

Le kinésiologue peut aider un patient post-AVC à améliorer ses capacités fonctionnelles et physiques. Il est important d’adopter de saine habitudes de vie tout en prévenant les facteurs de risque afin d’éviter un second accident vasculaire cérébrale.

Margot Lamontagne, Kinésiologue, Axo Physio Mailloux, Val-Bélair et NDL

Articles connexes

Risque_de_chute_personnes_agees_Physio_Quebec-300x224

10 Facteurs de risque de chute

Lire la suite
shutterstock_265978985-300x215 (1)

Vertiges et étourdissement : les comprendre et les traiter

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!