Voici les indications pour la physiothérapie périnéale chez l’homme :

Pour les incontinences urinaires, c’est-à-dire de la difficulté à retenir les urines qui peuvent arriver dans les situations suivantes :

  1. Après une opération d’une résection radicale de la prostate (lors du cancer de la prostate). Il est préférable de rencontrer la personne aussi avant l’opération.
  2. Suite à une RTUP (résection transurétrale de la prostate). Les complications d’incontinence sont moins importantes que lors d’une résection radicale.
  3. Suite à de la radiothérapie.
  4. Lors d’une hyperactivité vésicale (spasmes de la vessie qui augmentent les envies pressantes et la fréquence urinaire) avec ou sans incontinence.
  5. Lors d’incontinence post mictionnelle. Ce sont des gouttes retardataires qui apparaissent après avoir uriné.
  6. Après une chirurgie pour un réservoir vésical, afin de remplacer une vessie cancéreuse par une néovessie, car on retrouve une augmentation de la fréquence urinaire et de l’incontinence.

Lors de douleur pelvienne, nous retrouvons les cas suivants :

  • Prostatite (inflammation) chronique non bactérienne, prostatodynie (douleur) ou syndrome pelvien de douleur chronique (SPDC) : ces trois noms veulent dire la même chose.
  • Syndrome du nerf pudendal (souvent chez les cyclistes, douleur au périnée)
  • Coccygodynie (douleur au coccyx)
  • Douleurs référées (souvent en lien avec le dos)

Les symptômes typiques du SPDC :

  • Symptômes urinaires : brulures, difficulté à initier la miction, vidange incomplète, inconfort vésical, douleur dans la région ombilicale (port de ceinture inconfortable)
  • Symptômes sexuels : douleur lors de l’éjaculation, dysfonction érectile, diminution de la libido.
  • Symptômes ano-rectaux : douleur lors de l’évacuation des selles, selles minces, constipation.

Approche en physiothérapie périnéale :

  • Éducation et explication de la pathologie, éducation sur la douleur lorsque pertinent.
  • Exercices pour le plancher pelvien et les muscles voisins, relaxation, respiration, relâchement musculaire, mobilisation lombaire et autres articulations.
  • Techniques manuelles au niveau du plancher pelvien en externe et en interne, on retrouve aussi des techniques plus globales au niveau du sacrum.
  • Biofeedback : aide à visualiser le contrôle musculaire du plancher pelvien et sa capacité à relâcher.
  • L’électrothérapie pour diminuer la douleur (au besoin) ou aider à comprendre comment contracter et relâcher les muscles.
  • Applications fonctionnelles dans le quotidien. Par exemple diminuer la douleur lors des transferts assis à debout ou l’inverse.

N’hésitez pas à consulter une physiothérapeute en rééducation périnéale si vous en avez besoin.

Céline Mercier, physiothérapeute.

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!