Avez-vous déjà entendu parler du syndrome de la queue de cheval? Si vous avez répondu non, vous êtes probablement dans la même situation que la majorité de la population. Si vous avez répondu oui, vous vous êtes probablement demandé qu’est-ce que ça pouvait bien être lorsque vous avez entendu ces termes pour la première fois! Cet article vise à vous expliquer ce qu’est le syndrome de la queue de cheval et pourquoi il est important d’en reconnaître les symptômes.

Tout d’abord, voyons quelques notions d’anatomie importantes pour comprendre le syndrome de la queue de cheval. La colonne vertébrale est composée de 7 vertèbres cervicales, suivies de 12 vertèbres thoraciques, de 5 vertèbres lombaires et de 5 vertèbres sacrées (formant le sacrum). Chacune des vertèbres de la colonne comporte un trou à sa partie postérieure et l’ensemble de ces trous constitue un grand canal, le canal spinal, qui contient la moelle épinière. La moelle épinière descend en un seul gros faisceau jusqu’au niveau de la deuxième vertèbre lombaire (L2), sous ce niveau, elle se divise en plusieurs faisceaux qui se rendent jusqu’au sacrum et au coccyx. C’est l’ensemble de ces faisceaux qui font suite à la moelle épinière sous la deuxième vertèbre lombaire qui porte le nom de queue de cheval.

Queue_de_cheval

Avec notre cerveau, la moelle épinière fait partie du système nerveux central et c’est à partir de celle-ci que les nerfs de notre corps prennent naissance. Une bonne intégrité de la moelle épinière et des nerfs est nécessaire pour que les influx nerveux puissent se rendre du cerveau à nos membres et que nous puissions ainsi bouger comme on le veut.

On parle d’un syndrome de la queue de cheval lorsqu’il y a quelque chose qui vient comprimer les nerfs formant la queue de cheval, empêchant ainsi un bon cheminement des influx nerveux. Si cette compression persiste dans le temps, il s’en suivra des dommages irréversibles aux nerfs. Cette compression peut être due, entre autres, à une hernie discale à la région lombaire, une tumeur, un rétrécissement du canal spinal, un traumatisme ou de l’arthrose sévère.

Quels sont les signes et symptôme d’un syndrome de la queue de cheval?

  • Douleur lombaire
  • Douleur sciatique bilatérale (région de la fesse et derrière la cuisse pouvant descendre jusque dans la jambe)
  • Anesthésie en selle (diminution de sensations ou engourdissements de la région périnéale, des organes génitaux et/ou de l’intérieur des cuisses)
  • Faiblesse, engourdissements, picotements souvent bilatéraux dans les jambes
  • Présence d’ataxie à la marche (mauvaise coordination)
  • Diminution des réflexes ostéo-tendineux
  • Trouble sphinctériens (incontinence ou rétention urinaire et fécale)

La combinaison de plusieurs de ces symptômes peut être indicatrice de la présence d’un syndrome de la queue de cheval et nécessite une rencontre urgente avec un professionnel de la santé qualifié. Si une compression de la queue de cheval est soupçonnée et confirmée à l’aide d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), une chirurgie doit être réalisée pour décomprimer les nerfs. Il a été démontré que la chirurgie a de meilleurs résultats lorsqu’elle est pratiquée dans les premières 24 à 48 heures suivant le début de la compression des nerfs. Il est donc primordial de consulter rapidement lorsque ces symptômes se présentent.

Karine Goulet, physiothérapeute

Articles connexes

FracturePerone_Physiotherapie_Quebec-300x200

La fracture du péroné et le traitement en physiothérapie

Lire la suite
Physiotherapie_Grossesse_Quebec-300x200

La physiothérapie pour les douleurs lombaires et au sciatique chez la femme enceinte

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!