Le syndrome du compartiment se définit comme étant une augmentation de la pression qui s’exerce sur les tissus situés le plus souvent dans le mollet. Ces tissus sont divisés en loges musculaires (compartiments). Les compartiments sont des groupes de muscles qui sont entourés d’une membrane (fascia) et qui contiennent des vaisseaux sanguins et des nerfs. Lorsqu’il y a une augmentation de la pression dans un des compartiments, cela diminue la circulation sanguine et ainsi la perfusion des tissus. Cela peut donc entraîner des lésions musculaires et nerveuses. Le syndrome du compartiment peut être aigu ou chronique.

Pour ce qui est du syndrome du compartiment chronique, l’étiologie demeure incertaine, mais une fibrose et une diminution de l’élasticité du fascia suite à une surutilisation des muscles pourraient expliquer ce syndrome. Lorsque la personne fait de l’exercice, le muscle grossit, mais étant donné que l’espace dans le compartiment est réduit dû à une diminution de l’élasticité du fascia, le muscle ne peut pas prendre de l’expansion, ce qui augmente la pression dans le compartiment et crée ainsi de la douleur.

Ce syndrome se produit souvent chez le sportif courant de longues distances ou chez celui effectuant un entrainement aérobique. La douleur survient généralement de manière croissante lors de l’activité. Le sportif ressent souvent une douleur bilatérale au niveau du mollet. Au repos, il ne ressent aucune douleur, mais une douleur diffuse apparait avec l’activité. Pendant l’exercice, le sportif peut ressentir une sensation de raideur au niveau du mollet et une sensibilité à la palpation. Rarement, il peut ressentir des engourdissements/picotements ou une faiblesse musculaire. La douleur diminue assez rapidement avec l’arrêt de l’activité (maximum 30 minutes).

Conseils

Lorsqu’un syndrome du compartiment chronique est suspecté, il est conseillé d’arrêter l’activité et de se reposer. Si cela est impossible, il est conseillé de réduire la sollicitation des muscles concernés et l’intensité/fréquence de l’activité afin de diminuer la pression exercée sur les tissus dans le compartiment. Aussi, il est possible d’effectuer des techniques de tissu mou (massage, étirement, relâchement musculaire). Lorsque le traitement conservateur échoue et que les signes et symptômes persistent, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Une douleur située au niveau du mollet peut être un symptôme de différentes blessures musculosquelettiques. Ainsi, il est fortement conseillé de demander l’avis d’un professionnel de la santé pour connaître l’origine de la douleur afin que cette dernière soit traitée convenablement.

Référence : Clinical sports medicine, 4e édition

Sue-Anne Gendron, physiothérapeute, Axo Physio Mailloux

Articles connexes

Physio_Therapie_myofasciale_Quebec-300x200

La thérapie myofasciale

Lire la suite
faux_departs

Commencer à courir : éviter les faux départs !

Lire la suite

N’hésitez pas à nous laissez un commentaire à propos de cet article! Nous sommes toujours intéressés par votre opinion!