Entorses ligamentaires

Une entorse est un étirement ou une déchirure d’un ou de plusieurs ligaments d’une articulation. Les ligaments sont des bandes résistantes et souples faites de tissu conjonctif et qui relient au moins deux os à l’intérieur d’une articulation. Ces bandes sont peu extensibles; elles donnent de la stabilité aux articulations. Les entorses peuvent se produire au niveau des membres supérieurs (poignet, coude) tout comme aux membres inférieurs (genou, cheville, etc.).

Les causes sont nombreuses : une torsion ou un mouvement de l’articulation au-delà de son amplitude physiologique, une tension extrême ou encore un coup direct à l’articulation sont les plus fréquentes. Une ancienne entorse peut également être en cause, ayant laissé un ligament affaibli, donc plus facile à blesser à nouveau.

La gravité de l’entorse dépend à la fois de l’importance de la blessure au ligament (déchirure partielle ou complète) et du nombre de ligaments affectés. Les athlètes y sont particulièrement vulnérables. Dans la majorité des cas, le médecin peut poser le diagnostic après avoir questionné le patient et procédé à un examen physique. Si le médecin soupçonne une fracture, il propose alors une radiographie. Plus rarement, un test d’imagerie par résonance magnétique (IRM) est entrepris afin de voir l’état des ligaments.

Symptômes d’une entorse

Les signes et les symptômes d’une entorse varient en fonction de la gravité de la blessure. Les premiers symptômes sont la douleur ainsi que l’enflure, dans la plupart des cas. Il peut également y avoir des ecchymoses ou des hématomes autour de la blessure. Il est fort probable que la personne ait  de la difficulté à bouger l’articulation  blessée sans augmenter la douleur. Dans le cas d’une blessure aux membres inférieurs, comme au genou ou à la cheville, une douleur aiguë peut empêcher la personne de s’appuyer sur sa jambe.

Au niveau de la cheville, c’est l’entorse du ligament collatéral latéral, ou ligament latéral externe (LLE) qui est de loin la plus fréquente (90 % des cas). Elle survient lors d’un mouvement d’inversion forcée du pied. L’entorse externe de la cheville touche dans la très grande majorité des cas le ligament talo-fibulaire antérieur.

Degrés de gravité

  • Entorse légère (grade 1) : un léger étirement du ligament; sa solidité est préservée, mais une douleur est présente;
  • Entorse modérée (grade 2) : un étirement plus important du ligament accompagné d’une déchirure partielle;
  • Entorse sévère (grade 3) : une rupture complète du ligament; un arrachement osseux peut aussi survenir.

Traitement d’une entorse

Au cours des 24 à 48 premières heures, l’objectif est d’atténuer la douleur et l’enflure, en suivant une procédure assez simple : repos, glace, compression et élévation de l’articulation blessée.

Il faut éviter d’utiliser l’articulation touchée pour lui donner le temps de guérir.

Appliquer de la glace aide à réduire l’enflure, mais il faut cependant être prudent. Afin de prévenir les engelures et brûlures par le froid, on doit enrouler la glace dans une serviette mince et humide et ne pas la laisser sur la blessure plus de 10 ou 12 minutes à la fois. Répéter aux heures, régulièrement ou au besoin.

On peut appliquer une compression sur l’articulation à l’aide d’un bandage élastique, ou d’un taping, ce qui contribue à réduire l’enflure. Il faut par contre s’assurer de ne pas trop serrer le bandage pour ne pas nuire à la circulation sanguine.

L’élévation de l’articulation blessée permet d’en drainer les fluides et de réduire l’enflure, ce qui soulage la douleur et accélère la guérison. Il faut élever l’articulation aussi souvent que possible dans les premières journées suivant la blessure, et ce au-dessus du niveau du cœur, idéalement.

À long terme, les entorses répétitives peuvent causer de l’arthrose, une maladie caractérisée par la dégradation du cartilage. Une consultation en physiothérapie vous aidera à prévenir ce type de problème.

Il est fortement recommandé de consulter en physiothérapie afin d’optimiser la guérison à la suite d’une entorse. L’objectif de votre physiothérapeute ou de votre  thérapeute en réadaptation sera alors, dans un premier temps, de diminuer la douleur et l’œdème et de vous permettre de récupérer le mouvement de l’articulation blessée. La rééducation de l’entorse sera ensuite axée sur le renforcement des muscles stabilisateurs de l’articulation ainsi que sur sa proprioception, afin de redonner toute la fonction et la stabilité à l’articulation afin que vous puissiez reprendre vos activités le plus rapidement possible.

Prévenir une entorse

  • Pratiquer régulièrement une activité physique permet de renforcer les articulations et d’améliorer la proprioception;
  • S’échauffer avant l’activité physique prépare l’organisme à l’effort; échauffement progressivement  vos muscles et vos articulations, par exemple en effectuant un léger jogging;
  • Reconnaître les signes de fatigue; arrêtez-vous lorsque ceux-ci apparaissent. Lorsque l’on est fatigué, la vigilance est moindre et le risque de blessure augmente;
  • Respecter un temps de repos pour récupérer suffisamment entre les entraînements;
  • Adapter l’activité sportive à la forme physique générale;
  • Prévoir un bon équipement et, surtout, des chaussures adaptées à l’activité physique pratiquée (chaussures de marche, de course, de randonnée, de gymnase, etc.)