La capsulite

Définition :

La capsule est une membrane qui entoure une articulation; bien qu’il y en ait une dans la plupart de nos articulations, la capsulite est plus fréquente à l’épaule. On la surnomme alors « épaule gelée ». La capsulite est caractérisée par une restriction fonctionnelle des mouvements actifs et passifs de l’articulation de l’épaule. Les recherches démontrent à ce jour que la capsulite résulte d’abord d’une augmentation de la vascularisation suivie de la présence exagérée de tissu cicatriciel, ou fibrose, qui a pour conséquence d’épaissir la capsule et de diminuer son volume. Lorsque la capsule s’épaissit, elle occasionne une douleur et une perte de mobilité graduelle dans presque tous les mouvements de l’articulation. C’est ce qu’on appelle une capsulite. Bien que plus fréquente à l’épaule, la capsulite peut se manifester aussi au coude, au pied, au genou, à la mâchoire ou tout autre articulation possédant une capsule.

Causes :

À ce jour, les causes exactes de l’apparition de la capsulite ne sont toujours pas connues. Toutefois, certaines conditions médicales, maladies ou pathologies affectant la mobilité et causant de la douleur peuvent parfois précéder la capsulite. Voici quelques facteurs de risque :

  • Toute immobilisation prolongée à la suite d’une fracture, d’une chirurgie ou d’une mastectomie;
  • Les maladies comme le diabète, l’atteinte de la glande thyroïde et l’hémiplégie;
  • Les pathologies telles que les tendinites, les bursites ou les ruptures musculaires (à l’épaule : la coiffe des rotateurs).

Épidémiologie:

La capsulite touche 2 à 5 % de la population et affecte davantage les femmes que les hommes, surtout entre 40 et 65 ans. À la suite d’une capsulite, les gens ont 30 % de risque d’en développer une de l’autre côté. À ce jour, il est répertorié que jusqu’à 50 % des gens touchés par cette pathologie ont des symptômes pour une durée moyenne de sept ans.

Causes :

À ce jour, les causes exactes de l’apparition de la capsulite ne sont toujours pas connues. Toutefois, certaines conditions médicales, maladies ou pathologies affectant la mobilité et causant de la douleur peuvent parfois précéder la capsulite. Voici quelques facteurs de risque :

  • Toute immobilisation prolongée à la suite d’une fracture, d’une chirurgie ou d’une mastectomie;
  • Les maladies comme le diabète, l’atteinte de la glande thyroïde et l’hémiplégie;
  • Les pathologies telles que les tendinites, les bursites ou les ruptures musculaires (à l’épaule : la coiffe des rotateurs).

Épidémiologie:

La capsulite touche 2 à 5 % de la population et affecte davantage les femmes que les hommes, surtout entre 40 et 65 ans. À la suite d’une capsulite, les gens ont 30 % de risque d’en développer une de l’autre côté. À ce jour, il est répertorié que jusqu’à 50 % des gens touchés par cette pathologie ont des symptômes pour une durée moyenne de sept ans.

Capsulite

Symptômes :

Les symptômes sont différents selon les phases de la capsulite. Il y a 4 phases :

  • Phase 1 : Appelée pré-adhésive, elle dure jusqu’à trois mois et se caractérise par une douleur la nuit et en fin de mouvement actif et passif. La douleur augmente progressivement et se manifeste ensuite dans tous les mouvements actifs de l’épaule. Lors de cette phase, c’est la douleur qui limite les mouvements de l’épaule car lors d’un examen sous anesthésie, il n’y a aucune restriction réelle de mouvement. À l’arthroscopie, il y a un début de synovite hypervasculaire, soit une inflammation et une augmentation de la vascularisation dans l’articulation.
  • Phase 2 : Appelée adhésive aigüe, elle dure entre trois et neuf mois. La douleur est toujours présente la nuit et il y a une restriction des mouvements actifs et passifs de l’épaule. Lors d’un examen sous anesthésie, c’est maintenant tous les mouvements tant actifs que passifs qui sont limités. À l’arthroscopie, la synovite hypervasculaire est toujours présente et s’accompagne d’un début de formation de tissu cicatriciel.
  • Phase 3 : Appelée fibrotique, elle dure de trois à quinze mois. La restriction de mouvement est maintenant très importante dans tous les mouvements et la douleur est devenue négligeable et en fin de mouvement seulement. Sous anesthésie, les restrictions sont identiques à celles notées à l’état d’éveil et l’arthroscopie révèle la présence de tissu cicatriciel dense qui rend la capsule très épaisse moins volumineuse.
  • Phase 4 : Appelée résorption, elle dure généralement de 15 à 24 mois. Les restrictions sont sans douleur et elles diminuent progressivement. C’est le remodelage du tissu de la capsule articulaire.

Traitements :

Médical :

  • Prise d’anti-inflammatoires par voie orale;
  • Infiltration de corticostéroïdes dans la capsule;
  • Arthrodistension ou arthrographie distensive (infiltration visant à gonfler la capsule afin de briser les adhérences).

Physiothérapie :

  • Mobilisations passives dans toutes les directions de mouvement, selon tolérance;
  • Thérapie manuelle orthopédique (glissements articulaires, étirements musculaires, tractions, etc.);
  • Techniques de tissus mous (massages, pression ischémiques);
  • Programme d’exercices personnalisé selon la phase et le besoin de chaque client, à faire à la maison (assouplissements, renforcements et contrôle musculaire);
  • Correction posturale et conseils d’usage;
  • Modalités antalgiques telles que l’électrothérapie (ultra-sons, T.E.N.S., courant interférentiel ou prémodulé), la thermothérapie (chaleur ou glace) et la neurocryostimulation (surtout au cours de la phase 1).

La physiothérapie s’avère un traitement efficace pour la capsulite, surtout si la prise en charge se fait dans les deux premiers mois. En effet, le physiothérapeute est en mesure de déterminer à quelle phase se trouve votre capsulite afin de vous octroyer les meilleurs traitements selon votre état et de vous enseigner les exercices adéquats pour une remise sur pied la plus rapide possible.

Pronostic :

La récupération complète de l’articulation peut atteindre plusieurs années si la condition n’est pas prise en charge rapidement. Pendant longtemps, les gens croyaient que la capsulite disparaissait toute seule après deux ans mais de plus en plus d’études démontrent que cela peut être beaucoup plus long, voire même sept ans.